Carnet de route

Laissez-nous un commentaire !

De La Rochelle à Noirmoutier


  • publié le 15 janvier 2020
  • Pays ou région :

 

Ça y est, les fêtes sont désormais derrière nous et 2020, l’année des câlins est bien là et avec tout cela on a bien failli oublier…

Oublier quoi ?

Oublier que cela fait déjà 10 ans que nous sommes dans notre Sacado et notre voyage en Turquie devait finaliser cette décennie. Au lieu de cela nous sommes en France, voyageons toujours avec le même plaisir dans un aménagement intérieur que nous n’avons pas modifié. Nous avons parcouru très exactement 87690 km et publié 211 articles dans lesquels nous vous avons fait partager notre quotidien. Quant à Sacado, fidèle au poste, il a toujours répondu présent et continue à transporter sans sourciller notre maison. Longue vie à lui !!!

Dernières photos de Bessines avant notre départ vers La rochelle…

Un nouveau conducteur ? Pas peu fier de lui !

Nous voici donc posés à l’aire de camping-car de La Rochelle. Située à 20 minutes du centre-ville et tout proche de la mer, nous allons y passer une quinzaine de jours.

Tout d’abord et comme de bien entendu, nous commençons par aller découvrir notre environnement à pied. D’un côté une côte sauvage que nous ne manquerons pas d’arpenter…

… et de l’autre une vue sur La rochelle et…

….en face du vieux port le phare du bout du monde dont l’histoire est quelque peu fascinante…

Réplique du phare rendu célèbre par Jules Verne dans son roman, implanté au sud du cap Horn. Il est érigé en 1884, abandonné en 1902, et est redécouvert en 1993 par un rochelais, André Bronner qui entreprend de le rebâtir à l’identique en 1994 et pari est fait d’en construire un à l’identique en Europe…

Le 26 février 1998, le phare du bout du monde se rallumait et le 1er janvier 2000, sa réplique du vieux continent lui répondait. De forme octogonale, il projette une lumière d’une portée de 26 km produite par des lampes alimentées par de l’huile de colza.

Petite balade dans cette ville pleine d’histoire et de souvenirs personnels…

Seules vestiges de l’enceinte médiévale de la ville détruite par Richelieu lors de son siège en 1643, ces 3 tours (Saint Nicolas et de la Chaîne) gardent encore fièrement l’entrée du vieux port…

…et un peu plus loin la tour de la lanterne

La tour de l’horloge datant de la même époque

Permettant la traversée du vieux port ces navettes fonctionnent avec des moteurs électriques alimentés au solaire !

Plus vieil hôtel de ville de France encore en fonction, il date de 1298, il fut ravagé par un incendie en 2013, il rouvre ses portes en décembre 2019.

Dans la cour intérieure la grande galerie dont les 4 statues représentent la prudence, la justice, la force et la tempérance…

Réplique en céramique d’une statue en terre cuite peinte, elle représente le « bien bon ami des rochelais » à savoir Henri IV.

Et sans crier gare voici qu’arrive le 31 décembre ! Nous le passerons donc avec de vieux amis. Rencontrés à Poitiers au début des années 80, on se croise depuis ici ou là mais ne nous sommes jamais perdus de vue.

Bon réveillon !

Et comme nous sommes encore en Janvier, meilleurs vœux pour cette nouvelle année !!

On ne change pas les bonnes habitudes en 2020 alors balade. Le pont de l’île de Ré.

Plus loin le petit port du Plomb

La côte sauvage…

Ça y est notre séjour à La Rochelle se termine. Nous en aurons bien profité, vus tous les copains du coin et comme nous vous l’avions presque dit lors de notre dernier article, voici notre destination, direction la Bretagne puis la Normandie, peut-être la baie de Somme bref un tour de France par la côte en partant d’ici.

Nous voilà partis !!

1ère halte aux Sables d’Olonne.

Nous avions d’abord envisagé la Tranche sur mer mais pas de place pour Sacado et quoiqu’il en soit tous ces petits villages sont plutôt inhospitaliers l’hiver…

Bon d’accord il ne fait pas très beau mais on brave les intempéries !!

Vus une 1ère fois sur La Rochelle, on se rend compte que ces bacs à marée sont présents sur la côte et nous on aime bien cette idée !

Situés sur l’esplanade du prieuré Saint Nicolas, sont ici présenté les canons des grandes barges. Remontés en 2002 par des plongeurs archéologues, ils faisaient partie de l’armement d’un bateau marchand « le Placellière » qui fit naufrage en 1747.

Bon allez courage nous décidons d’aller au bout de la jetée malgré les vagues…

Et dans une seconde cette énorme vague nous trempera jusqu’aux os !!!

Le prieuré..

… et le château Sainte Claire construit surement au XIIème siècle.

La grande plage des Sables d’Olonne.

Hôtel particulier des années folles…

…dont ce balcon en forme de coquille Saint Jacques. Même si plus rien ne me le rappelle c’est sur cette place qu’il y a bientôt 40 ans je faisais mon unique expérience en restauration… où étonnamment le restau n’existe plus !!

Le port de pêche et ses petits bateaux…

Prochaine étape… un pont…une île mais laquelle ??

Noirmoutier que nous ne connaissons ni l’un ni l’autre !

Sitôt arrêté, ballade au soleil couchant !

Le lendemain direction Noirmoutier-en-l’Ile, la principale commune où nous découvrons ces petites maisons typiques et ses petites ruelles…

…dans lesquelles nous nous perdons !

Nous profitons d’une accalmie entre pluie et bourrasques de vents pour faire en scooter l’un des itinéraires proposés par l’office du tourisme, appelé entre Gois et forêt…

En route !

La digue et derrière le polder Sébastopol, bâti en 1856, année de la bataille qui lui donna son nom, il s’agit d’une réserve naturelle abritant plus de 3000 espèces animales et végétales…

La technique du polder, apportée ici par le famille Jacobsen, hollandais commerçant le sel, a permis de gagner des terres sur la mer où sont principalement cultivées la pomme de terre !

Plus loin voici le passage du Gois actuellement immergé dont nous vous parlerons plus tard…

Prenez le temps de regarder le système de fermeture des champs. Les barres en bois sont maintenues horizontalement par des pierres taillées et percées.

Les parcs à huitres pour l’affinage…

Petit clin d’œil à nos cygnes dormanistes !!

Bateau à fond plat qui permet d’aller chercher les huitres dans les parcs à affinage

Le lendemain et malgré la pluie incessante, nous décidons d’aller aux palourdes et quelle aventure !!

En effet, avant de trouver le bon endroit on s’est envasé croyant perdre nos bottes aspirées par la vase, mais bon après avoir bien observé on a enfin creusé là où il fallait…

…et la pêche fut bonne ! A quand la prochaine fois, d’autant qu’avec la marée le soleil est revenu !

…mais bon honnêtement Eléa a pas du tout apprécié cette pêche. Tremblante de froid elle n’attendait qu’une chose regagner la voiture et son Sacado !!

Ces grands espaces découverts par la marée 2 fois par jour s’appellent l’estran et c’est ici que sont « cultivées » les huitres avant leur affinage.

Nous sommes donc au passage du Gois. Route submersible longue de 4.2 km elle est considérée comme le flambeau de l’île…

…unique en Europe, cordon ombilical qui reliait Noirmoutier au continent avant la construction du pont en 1971…

…il est jalonné de 9 balises-refuges servant d’abri aux imprudents pris par la montée de la marée.

Ayant terminé notre fructueuse pêche, l’envie d’huitres nous prend mais comme nous sommes dimanche entre midi et deux , nous pensons trouver porte close chez les ostréiculteurs quand nous tombons sur cet improbable distributeur !!

Et hop c’est parti pour deux douzaines ramassées du matin !

L’après-midi il fait encore soleil aussi nous partons pour une balade des moulins.

Au bout d’un moment nous longeons une très longue digue équipée d’un chemin piétonnier qui surplombe l’océan…

…où se succèdent moulins…

…et belles maisons.

Afin d’empêcher l’eau de remonter trop haut dans les rues ont été installées ces barrières hermétiques en alu.

A lire car tellement vrai !!

Au nord de l’île principale, celle du pilier site protégé haut lieu de la découverte sous-marine.

Maisons de pêcheurs les pieds dans l’eau !

Plus dans les terres toujours ces superbes petites maisons de vacances…

Nous voici maintenant au bois de la Chaise où nous nous trouvons face à une centaine de chalets et villas accompagnés sur la plage de leurs propres cabines.

Issues des premières heures du tourisme à la fin du XIXème siècle, ces cabines sont l’œuvre de la Société des bains de mer de Noirmoutier dès 1850…

…pour accueillir via ce ponton nommé l’estacade, construit en 1885, les familles bourgeoises des pays de la Loire voire de la capitale grâce aux liaisons maritimes depuis Pornic.

Au fond le bois de la Chaise essentiellement composé de chênes verts présents ici depuis plus de 8000 ans.

Enfin une maison avec son toit de chaume en parfait état ! Mais où est Bilbo ??

Nous finissons notre balade par les marais salants, inactifs à cette période de l’année mais on peut supposer que sous la bâche sèche le sel…

Et voilà, après dégorgement il est temps de profiter de notre pêche de palourdes alors bon appétit !!

Nous sommes toujours à Noirmoutier balloté par un fort vent accompagné de pluie presque incessante et comme il serait imprudent de circuler nous prolongeons notre séjour en attendant l’accalmie.

Notre prochaine étape ?

Nantes que nous ne connaissons pas et qui devrait être le point de rendez-vous…avec qui ?

La suite au prochain épisode et comme il se dit ici kenavo !

 

 

2 réflexions au sujet de « De La Rochelle à Noirmoutier »

  1. Clea

    Je ne vais pas faire de redite !!!! vous savez ce que je pense de tout ce que vous nous partagez …
    mais je n’ai jamais dit comment à chaque fois je suis impressionnée par ces bâtiments immenses construits à des époques fort reculées : 1100 et quelques , 1300 et quelques , comment ont-ils fait pour monter ces pierres les unes sur les autres en faisant quelque chose de joli en plus bien souvent …la magie !
    Bon tour de France ! c’est pas la meilleure saison pour faire les côtes , mais pas de touristes , et, c’est vous qui voyez !
    Prenez soin de vous ( je n’en doute pas ) . Je vous embrasse .

    1. Bernard Auteur de l’article

      Merci ma petite ( au sens câlin du terme) Chantal, c’est toujours très agréable d’avoir des retours et commentaires. Nous reprenons la route pour Nantes aujourd’hui retrouver famille et constructions nouvelles. Plein de gros bisous et à très bientôt ! Les Sacadeux

Laisser un commentaire