Carnet de route

Laissez-nous un commentaire !
Où est Sacado

Larache… et au revoir le Maroc !!!


  • publié le 26 février 2014
  • Pays ou région :

 

Quand nous quittons Mohamed, nous partons donc à Zagora voir notre ami Brahim.

 100_7457

Nous roulons plein Ouest au milieu d’un autre désert, plus herbeux et montagneux pendant près de 300 km

 100_7466

 Et où parfois il faut deviner la route !!

 100_7468

 Et nous roulons toujours…

 100_7498

 …avec ces paysages majestueux…

 100_7500

 …et bien évidemment, fort de notre expérience de la piste, nous nous engageons pour nous stationner ici, au milieu de nulle part…encore…

 100_7513

 Oui mais… car il y a un mais !

Avant d’être confortablement installés, nous avons dû…. Sortir les plaques de désensablement…

 100_7516

 …mais ce fut tellement facile d’en sortir que vous ne verrez que les traces !!!

 100_7518

Par contre, avec quelle facilité Sacado s’est enfoncé de 20 cm !!!

Mais enfin, l’épisode a été suffisamment bref pour ne rester qu’un bon souvenir et après l’installation départ pour une balade. L’air est sec n’est-ce pas Eléa ?

100_7525 

Mais que le décor est beau avec ces couleurs du soleil couchant…

 100_7526

 Non ???

 100_7529

 Re la route…

 100_7540

 …jusqu’à la vallée du Draa… où l’eau est enfin présente…

 100_7560

 Et sans qu’on sache pourquoi une nouvelle crevaison, inexplicable autant qu’incompréhensible mais en attendant faut la changer !

 100_7562

 Et là, spéciale dédicace à Guy Monferran grâce à qui défaire les boulons de la roue fut un jeu d’enfant !!!

Nous arrivons enfin à Zagora. Brahim est tout heureux de nous recevoir et insiste pour que nous soyons au plus près de chez lui. Challenge réussi puisque la photo est prise de sa terrasse !

 100_7569

 Nous sommes vraiment contents de nous retrouver mais rapidement nous sentons que quelque chose ne va pas.

La franchise de nos relations nous permet de le questionner et il nous lâche qu’entre lui et son épouse les relations sont hypra tendues et il nous explique la raison. Ce mariage imposé qui les a mariés n’est accepté par aucun des deux mais par commodité, ils se détestent cordialement sans parvenir à divorcer du fait des 2 enfants. Une solution lui semble impossible à trouver. Bref nous ne nous attarderons pas …

Un coup de palmeraie le long de l’oued…

100_7581 

Et hop nous repartons ! Ne pouvant les aider dans leur histoire, nous roulons vers d’autres cieux…

Les femmes de la vallée du Draa dans leurs habits traditionnels

 100_7592

Un ksar bien conservé.

 100_7596

 Pause pique-nique le long de l’oued.

100_7608 

100_7611

Dès que nous quittons la vallée nous savons que le tronçon à venir est la PIRE route du Maroc !

Il nous faut rejoindre Taliouine pour aller chercher du safran et c’est parti pour presque 100 km de route défoncée…

 100_7618

Et même à certains endroits ils nous fabriquent la route ! L’année prochaine elle devrait être finie car c’est un vrai cauchemar !

 100_7622

 Nous n’arriverons pas à la mer avant la nuit donc trouvons un emplacement sur les derniers contreforts montagneux avant la descente vers l’océan…

Sacado est bien seul…(et trop facile pour Ben !!!)

 100_7626

100_7635

Nous retrouvons avec la chaleur, les 1ers arganiers avec leurs célébrissimes chèvres !!!

100_7649 

1er coucher de soleil sur l’océan… côté pile…

 100_7654

 …côté face !

 100_7656

 Nous nous posons à Tamrhakh pas loin du Taghazout de l’année dernière. Situé à quelques encablures d’Agadir qu’il est facile de rejoindre en bus, beaucoup de camping-caristes s’y installent parfois longuement. Comme nous sommes vraiment atypiques nous sommes visités à la fois par les « Tupperware »…  

 100_7660

 Et par d’autres tout aussi intéressés… par un camion fini !!!!

 100_7665

Nous aurons même le temps, rapide certes, d’entrevoir notre copain Dèche (le camion au fond rouge et gris) rencontré l’année dernière à Santa Fé (à côté de Grenade).

Nous renouons avec le poisson frais, si frais qu’il faut le nettoyer…

 100_7668

 Et au détour d’une conversation/ visite avec un camping-cariste, nous apprenons que Philippe et Géraldine 2 des 3 baroudeurs ( http://www.les3baroudeurs.com/) rencontrés l’année dernière sont aussi ici.

Un coup de téléphone plus tard et hop nous voilà à l’apéro fêter…mais fêter quoi ???!!!

 100_7669

 Eh bé l’arrivée de Lucas car dans la narration nous ne sommes que le 12 février !

 Lucas 8 (2)

 La 1ère photo où les frères réunis tiennent la nouvelle génération ! Qu’ils sont bô !!!

 Après quelques jours, nous repartons et cette fois-ci nous le savons, c’est pour remonter car bientôt il nous faudra être en France …la réalité de la vie va si vite nous rattraper qu’on en profite encore !!!

 100_7683

 Nous quittons la région d’Agadir et ses plantations de bananes…

 100_7688

A perte de vue…

 100_7694

 C’est aussi pour nous le moment d’acheter de l’huile d’Argan. Et nous comprendrons enfin ces tas…

 100_7705

 Nous avions bien vu le fruit (qui ressemble à une grosse olive) et pensions donc qu’on obtenait l’huile de la même façon. Que nenni !!!

On ne récolte pas les fruits, il faut attendre qu’ils tombent, signe que la transformation peut commencer. De l’enveloppe qui ressemblait à une olive il ne reste plus qu’une carapace fendue et marron. A l’intérieur un noyau que les femmes cassent pour en récupérer l’amande qui sera ensuite toastée avant d’être pressée. Au final 1 litre vaut environ 20 Euros et c’est normal ! Et qu’est ce que c’est bon !!!

Quand le soir approche nous essayons de petites routes à la recherche de bivouacs sympas…

100_7714 

 …et sur le bord de la route…

 100_7721

Nous entrons dans la région d’Essaouira et ses immenses forêts de Thuya qui seront ensuite transformés en meubles ou autres statues et vendus à Marrakech !

 100_7730

Moulay-Bouzerktou, petit village paisible où nous resterons 2 jours…

 100_7748

 Petite balade alentour…

 100_7755

Non ce ne sont pas des poubelles… juste l’équipement d’un petit pêcheur…

 100_7757

 Ici l’économie locale tourne autour de la récolte de certaines algues découvertes à la marée…

 100_7762

 Qu’ils font ensuite sécher ça et là avant de les vendre à un camion qui les emmène se faire transformer en cosmétiques.

 100_7763

 Toujours plus au nord cette rivière rouge sang…

100_7767

Nous savons où nous allons passer ces prochains jours. A Oualidia. Station balnéaire qui a connu son apogée avec la résidence royale de Mohamed V, le Gd père du roi, dans les années 50/60. L’année dernière la lagune ne nous avait livré que cela…

 100_7934

 …et nous en voulions plus mais nous n’imaginions pas rester au même endroit que l’année dernière. Cet espace dédié aux camping-cars et payant (situé à l’extrême gauche de la photo) est le siège d’une faune qui sans cesse piaille, veut vendre ou acheter et la cohabitation avec nos « homologues » est vite incompatible aussi partons-nous en balade et…

 100_7805

…trouvons cet endroit (situé à l’extrême droite de la même photo !) dans lequel nous passerons finalement 4 jours dont celui de mon anniversaire… d’ailleurs certains s’en souviennent… Internet oblige !

 100_7814

 Nous rencontrons le gardien du lieu qui nous indique que nous pouvons nous stationner ici aussi longtemps que nous voulons. Nous comprenons par là même que les innombrables vendeurs de l’autre endroit viennent pour la plupart se fournir là et que forcément les prix ne sont plus les mêmes !!!

Aussi nous n’hésitons pas !

 100_7821

Des huitres grosses comme vraiment je n’en avais jamais ni vu ni mangé !!

Après un véritable combat pour les ouvrir, on les déguste en 2 fois !

 100_7822

 Nous sommes au bord de la lagune…

 100_7824

 …et vivons au rythme des marins…

 100_7826

 …et avec l’un d’eux nous négocions en barque la traversée pour aller côté océan. Mais pour le prix faut ramer !!! 

 100_7828

La lande de l’autre côté est inhabitée, seul un gardien pour le parc à huitres (car ils s’en font voler régulièrement) et plein de mouton sans berger. On se dépêche de la grimper pour voir l’océan.

100_7853  

Nous cherchons et trouvons cette petite crique pour pique-niquer…

 100_7841

Sur sa plage les vagues éclatent loin et produisent une quantité d’écume hallucinante… dans laquelle Eléa aura parfois du mal à retrouver son bâton !!!

 100_7865

 Gagné !

 100_7867

 Incroyable non ?

 100_7872

 Lorsque l’on arrive au bout de la lande on voit (et entend) les 2 seules entrées marines de la lagune

 100_7858

 Nous reprenons notre barque et poursuivrons notre découverte de la lagune, cette fois en vélo.

 100_7896

Cette lagune protégée est longue de 7 km environ et se termine par des marais salants. De nombreuses espèces de coquillages et de poissons la peuple et c’est un endroit particulièrement apprécié des migrateurs qui attendent de remonter en Europe les bonnes températures.

 100_7893

 100_7925

Nous pensons que cela doit être un cigogneau mais rien n’est moins sur !!!

 100_7928

Sur le chemin du retour nous filons la main à ce marin pour remettre son bateau à flot !!

Grand moment de rigolade sur la méthode à utiliser !!

 100_7910

 Comme il fait beau et que l’endroit est vraiment cool. Nous nous éternisons et continuons l’exploration de notre environnement. Cette fois-ci nous partons de l’autre côté, traversons le parking des camping-cars qui ne désemplit pas.

Plus de lagune…

 100_7919

 …et des plages désertes !

 100_7921

 Derniers moments de détente avant de reprendre la route plein nord !

 100_7940

 Dernière vue de la lagune…les marais salants.

100_7948

 

Pour la première fois depuis que nous voyageons au Maroc nous essayons l’autoroute.

La surprise vient en fait des véhicules que nous croiserons.

 

 100_7954

 La deuxième surprise viendra des piétons omniprésents, sous le regard bienveillant des centaines de militaires en planton par 2 sur les ponts, et qui n’hésitent pas à traverser ou à faire du stop !!!

 100_7961

 Dernière halte avant le départ, Larache. Nous avions aimé l’année dernière aussi sans rien chercher d’autre, nous partons nous y installer. Petite langue de terre comprise entre l’océan et l’oued, en face du port, nous nous y posons !

 100_7973

 Nonobstant la présence des poubelles, les sous-bois, broutés, sont vraiment beaux…

 100_7981

 Et au détour, le printemps chauffe et les tortues s’éveillent !! Nous en croiserons des dizaines pendant ces quelques jours !

 100_7975

 Le soir arrive…

 100_7990

 100_7992

Comme nous avons pris l’habitude de jeter nos déchets végétaux devant Sacado, le matin ce sont les chèvres qui viennent se régaler.

 100_7998

 Cette fois nous irons visiter les ruines de Lixus situées à portée de vélo de notre bivouac. Le site parait abandonné et cherchons une entrée que nous trouverons tardivement. Des gardiens sont présents jour et nuit et quand nous arrivons l’un d’eux se propose de nous faire découvrir le lieu et ce gratuitement.

 La 1ère installation est phénicienne et date d’environ 1200 ans avant notre ère. Ensuite les carthaginois suivis des romains et enfin quelques années par les arabes. Evidemment chaque civilisation se servira des matériaux de l’autre pour bâtir ses propres installations. A l’origine Lixus est situé au bord de la mer (et développa une grosse économie piscicole, plus de 3000 riches, les pauvres n’étant pas comptés y ont été répertoriés) l’ensablement de l’oued a fait déménager les arabes à Larache créée vers le XVème siècle.

 100_8012

 Les archéologues arrivent néanmoins sur de courtes missions à mettre à jour petit à petit différents parties du site (seuls 10% des 67 hectares ont été mis à jour) et surtout les périodes les plus anciennes. Ce billot date des Phéniciens et les travaux ont déterminé qu’il s’agissait d’un autel sur lequel des bébés étaient sacrifiés…

 100_8013

Tandis qu’ici, au milieu d’une villa romaine bien conservée, un jacuzzi face à la mer et au fond son système pour chauffer l’eau.

 100_8010

 C’est alors qu’en descendant des ruines, Patou, voulant au mieux photographier les méandres et s’interrogeant sur sa ressemblance avec un dragon que notre guide nous révéla que dans la mythologie grecque nous étions…. Dans le jardin des Hespérides !! 11ème  des 12 travaux d’Héraclès (l’Hercule grec), il est venu ici y prendre les pommes d’or (les oranges) et pour cela terrasser le dragon Ladon qui en défendait l’approche. Pour mon plus grand plaisir je mettais les pieds dans ceux d’Hercule !

 Nous nous apprêtions à partir quand un SMS de Jojo et Evelyne nous avertissait de leur arrivée à Larache dans ce qui devait être notre dernière nuit ici. Tant mieux nous resterons !!! Arrivés tardivement nous aurons quand même toute une journée pour profiter les uns des autres et faire la connaissance de leur pote Hubert. Rencontrés à M’Hamid l’année dernière, ils nous avaient rejoint quelques jours à Simorre et nous savions que nos dates de sortie (pour nous) et d’entrée (pour eux) pouvait le faire et ce fut fait !!!! Quel plaisir !!!

 100_8025

 Et voilà, cette fois-ci c’est bien la fin. Dernier article marocain, nous savons que nous ne serons pas connectés avant notre retour en France.

 Alors quelles sont nos sensations lors de cet ultime jour ?

 Nous savons qu’actuellement notre grand projet de faire traverser l’Atlantique à Sacado n’est pas pour demain. Nous ne sommes, en plus, pas prêts à faire un certain nombre de sacrifices pour parvenir à nos fins aussi nous savons que nous reviendrons prochainement au Maroc.

 

Et surtout !

                     Les merveilleuses rencontres et l’enchantement que fut ce séjour, de bout en bout nous confirment que nous reviendrons très vite !

 

Pourquoi s’en priver ?

 

Au revoir et à bientôt en France !

 

P.S Sacado est caché dans la photo à la Une !

 

 

2 réflexions au sujet de « Larache… et au revoir le Maroc !!! »

  1. monferran

    coucou av deux ;toujours aussi agréable de vous suivre depuis notre chez nous ;nous voyageons a travers vos paysages. (merci!) dit guy pour les boulons .
    bonne route a vous et plein de bonheur !!
    bisous guy et sonia

  2. Lilian

    Kaliméra les sacadiens,

    Comme toute bonne chose a une fin, vous voila maintenant sur la route en direction de la Gaule. Et puis vous le savez déja, vours reviendrez au Maroc comme nous en Crète.

    @ bientôt les amis.

    GV

Laisser un commentaire